Haïti vaudous

Haïti - Religion : Le vaudou ne serait plus protégé par la Constitution amendée

Haïti - Religion : Le vaudou ne serait plus protégé par la Constitution amendée

 

La Prêtresse Euvonie Auguste, Responsable de la Confédération Nationale des Vodouisants d'Haïti, déplore l’abrogation de l’article 297 de la Constitution qui, selon-elle, protégeait le secteur vaudou contre toute forme de discrimination. Rappelons que l’article 297 abrogeait entre autre le Décret-Loi du 5 septembre 1935 sur les croyances superstitieuses qui restreignait arbitrairement les droits et libertés fondamentaux des citoyens.

Devant cette nouvelle situation constitutionnelle, la prêtresse Euvonie Auguste, a fait savoir que désormais, les vaudouisants vont devoir utiliser leurs propres moyens, afin de se protéger de toute attaque à leur encontre.

Constitution 1987 (avant amendement)
Article 297 :
Toutes les Lois, tous les Décrets-Lois, tous les Décrets restreignant arbitrairement les droits et libertés fondamentaux des citoyens notamment:
a) Le Décret-Loi du 5 septembre 1935 sur les croyances superstitieuses ;
b) La Loi du 2 Août 1977 instituant le Tribunal de la Sureté de l'État ;
c) La Loi du 28 juillet 1975 soumettant les terres de la vallée de l'Artibonite à un statut d'exception ;
d) La Loi du 29 Avril 1969 condamnant toute doctrine d'importation ;
Sont et demeurent abrogés.


Constitution 1987 amendée :
L'article 297 de la Constitution de 1987 est abrogé.

Décret-Loi du 5 Septembre 1935 sur les pratiques superstitieuses :
Art. 1er.- Sont considérées comme pratiques superstitieuses :

1) les cérémonies, rites, danses et réunions au cours desquels se pratiquent, en offrande à des prétendues divinités, des sacrifices de bétail ou de volaille. 2) le fait d'exploiter le public en faisant accroire que, par des moyens occultes, il est possible d'arriver soit à changer la situation de fortune d'un individu, soit à le guérir d'un mal quelconque, par des procédés ignorés par la science médicale; 3) le fait d'avoir en sa demeure des objets cabalistiques servant à exploiter la crédulité ou la naïveté du public.

Art. 2.- Tout individu convaincu des dites pratiques superstitieuses sera condamné à un emprisonnement de six mois et à une amende de quatre cents gourdes, le tout à prononcer par le tribunal de simple police.

Art. 3.- Dans les cas ci-dessus prévus, le jugement rendu sera exécutoire, nonobstant appel ou pourvoi en cassation.

Art. 4.- Les objets ayant servi à la perpétration de l'infraction prévue en l'article 3 seront confisqués.

Art. 5.- Le présent Décret abroge toutes lois ou dispositions de lois qui lui sont contraires, et sera exécuté à la diligence du Secrétaire d'État de la Justice.

source http://www.haitilibre.com/article-6133-haiti-religion-le-vaudou-ne-serait-plus-protege-par-la-constitution-amendee.html

 

'Zombification

Le vaudou transporte avec lui son lot de clichés, comme les poupées plantées d’aiguilles. Mais certains phénomènes comme celui de la "zombification" préoccupent les hommes politiques. Comment légiférer sur les crimes liés à cette religion?

La zombification aurait une explication cartésienne: les "houngan", prêtres vaudou haïtiens, administreraient à la victime une poudre provoquant les mêmes symptômes que la mort clinique. Après avoir déterré le prétendu défunt avec la complicité du croque-mort, le commanditaire profiterait de l'affaiblissement de sa victime, dans un état semi-conscient, pour l’exploiter.

La zombification "est le fait d’être constaté décédé, inhumé au vu et au su de tous et d’être 'ressuscité'", résume Jean-Marie Junior Salomon, vice-président du Sénat haïtien. "Ce qui est spécial, c’est que la personne 'revenue' (à la vie) travaille ensuite comme esclave".

Dans les couches populaires et les zones reculées de Haïti où l’on ne fait pas confiance à la justice rendue dans les villages c’est une manière de régler ses comptes avec ses ennemis.

Au Bénin, le même procédé existe mais pour un usage très différent.

"Il est utilisé par certains initiés dans le secret des temples pour renforcer leur puissance mais ils gardent un antidote à portée de main", explique le professeur Honorat Aguessy, sociologue béninois. Au Bénin, "le vaudou veut le bien", assure-t-il.

Dans les faits, certains font quand même appel à des féticheurs par exemple pour éliminer un rival. Mais cela reste caché et, faute de preuve, le Bénin n’a pas légiféré sur ces pratiques occultes.

source https://www.la-croix.com/Monde/Haiti-veut-apprendre-Benin-punir-crimes-vaudous-2017-10-09-1300882851

 

Soyez le premier à commenter cette vidéo.

Articles Connexes

Nouveaux Articles

Populaires