Nouveaux Articles

  • Les crimes pédophiles en ’Asie et l’Afrique

    Les crimes pédophiles concernent également l’Asie et l’Afrique", encore souvent oubliés alors que de nombreux prêtres ont abusé d’enfants en toute impunité.

    En Afrique du Sud par exemple, 35 cas d’abus sexuels par des prêtres ont été recensés par l’Eglise catholique depuis 2003 et seuls sept ont fait l’objet d’une enquête policière, selon La Croix. Les agressions sexuelles commises par des prêtres en Afrique "sont des choses dont on ne parle absolument pas", livre au quotidien le père Bernard Ugeux, missionnaire en République démocratique du Congo.

    "Que les abus soient perpétrés en famille, à l’école ou dans la paroisse, on évite systématiquement les procès. Il y a un très grand respect du prêtre, qui représente une figure presque sacrée, ce qui empêche la remise en question", affirme-t-il.

    "Institution hypocrite"

    La chape de plomb persiste également en Asie, où très peu de plaintes pour abus sexuels sur mineurs commis par des membres du clergé ont été rapportées. Cela tient notamment au fait que la communauté catholique est minime dans les pays asiatiques par rapport au nombre d’hindouistes, bouddhistes, taoïstes et musulmans. Mais aux Philippines, au contraire, plus de 80% des habitants sont catholiques. Toutefois, peu d’affaires émergent. Fin décembre 2018, le président Rodrigo Duterte n'a pourtant pas hésité à présenter l'Eglise comme "l'institution la plus hypocrite" affirmant que ses camarades de classe et lui avaient été victimes d'agression sexuelle en confession. Mais l’épiscopat refuse de porter devant la justice les agressions sexuelles sur mineurs.

    Des efforts sont toutefois impulsés pour libérer la parole. Dans le Kerala, au sud de l’Inde, l’Eglise fait preuve de fermeté depuis la révélation de l’affaire impliquant Mgr Franco Mulakkal, ancien évêque de Jalandhar (au nord de l’Inde) relevé de ses fonctions en 2018. Il est accusé d'avoir violé une religieuse treize fois entre 2014 et 2016. Le 16 février dernier, un prêtre catholique a également été condamné à 20 ans de prison par un tribunal de l'Etat du Kerala, reconnu coupable d'avoir violé une collégienne.

    "La vérité nous libérera"

    En conséquence, le Conseil des évêques catholiques du Kerala (KCBC) a établi, dans le quotidien The Indian Express du 6 février cité par La Croix, plusieurs directives à destination des paroisses. Le KCBC prévoit notamment "l’obligation de signaler aux autorités civiles tous les cas de violences sexuelles sur mineurs et adultes vulnérables, de coopérer dans les enquêtes judiciaires et d’éviter tout contact physique inapproprié avec des mineurs".

    "L'Eglise est très loin d'avoir arrêté l'épidémie", regrette toutefois Anne Barrett Doyle, co-directrice de BishopAccountability.org - une banque de données publique américaine documentant les enquêtes sur les prêtres soupçonnés de crimes sexuels.

    Elle dresse un portrait peu flatteur de l'action des épiscopats des plus grands pays catholiques, du Brésil, en passant par le Mexique, la Colombie, les Philippines ou le Congo. Reste que, "convoquer la direction de l'Eglise à Rome est en soi un message très important", plaide Mgr Scicluna, qui annonce "un jour nouveau en matière de transparence". L'archevêque maltais mise beaucoup sur la troisième et dernière journée de réflexion de ce sommet inédit, consacrée à la transparence. Et de conclure: "Nous devons nous confronter aux faits, car seule la vérité nous libérera."

    source https://www.bfmtv.com/international/pedophilie-dans-l-eglise-les-ravages-de-l-omerta-en-afrique-et-en-asie-1637181.html

    Continuer
  • Bataclan n’en finit pas de livrer des secrets dérangeants pour e pouvoir exécutif,

    Décidément, l’affaire dite du Bataclan n’en finit pas de livrer des secrets dérangeants pour le pouvoir : le pouvoir exécutif, le ministère de l’Intérieur et celui de la Défense.

     

    Car et les soldats en armes, ceux de Sentinelle, et les gendarmes affectés à la protection du Premier ministre Manuel Valls – qui étaient tous dotés d’armements suffisants pour intervenir – ont reçu l’ordre de ne pas aller au contact.

    Pire, les 25 gendarmes de Valls sont entrés dans le Bataclan, en ont extrait un otage puis ont reçu l’ordre de se replier.

    Comment expliquer l’inexplicable ?

    Ces informations incroyables ne figurent pas dans le document de synthèse de la commission parlementaire qui a enquêté sur les attentats de Paris de 2015 (Charlie Hebdo et 13 Novembre).

    Depuis plusieurs jours, comme débordant d’un égout, des informations relatives à des ordres hiérarchiques bloquant l’intervention de policiers ou de militaires arrivent aux oreilles du public, et surtout des familles des victimes (130 morts et 413 blessés).

    La version officielle, figée pour le système médiatico-politique, est de plus en plus remise en question par ces révélations, et on ne parle même pas des réponses qui manquent à ces questions légitimes : quid du quatrième tireur ? Quel est le sens d’une prise d’otages après un massacre ? Avec qui les terroristes du 1er étage étaient-ils en contact téléphonique ?

    Nous avons visionné sur Netflix les trois documentaires des frères Naudet sur les attentats de Paris et Saint-Denis. Jules et Gédéon avaient déjà sorti un film sur le 11 Septembre à New-York. Certains témoignages ne concordent pas avec la version officielle ou du moins ouvrent des brèches dans sa cohérence.

    Nous reviendrons sur l’empressement des deux terroristes survivants, sur leur amateurisme éclatant, et sur les discours étranges de Cazeneuve et Hollande...

    Continuer
  • Macron invite Satan à l’Élysée

    Macron invite Satan à l’Élysée

    Réalisé par un proche des réseaux satanistes américains, le tableau installé dans le bureau d’Emmanuel Macron intègre secrètement le « sceau de Baphomet », emblème cabalistique et maçonnique. Révélations.

     

    Éloignez de votre entourage les théoriciens de la coïncidence : la consultation de l’article présent et factuellement étayé pourrait causer sarcasmes, fureurs ou spasmes chez ces négationnistes qui s’ignorent.

    Lundi après-midi, Panamza révélait une anomalie de la vie politique qui continue d’être passée sous silence par la corporation médiatique.

     

    Le tableau choisi par Macron contient une allusion au contrôle mental

    Lundi 16 octobre, au lendemain de l’entretien accordé par Emmanuel Macron à TF1, de nombreux commentateurs de la presse ont décortiqué la décoration du bureau de l’Élysée.

    À propos d’une oeuvre murale dénommée « Liberté Égalité Fraternité », réalisée le 20 novembre 2015 par l’Américain Shepard Fairey en réaction aux attentats de Paris et installée à l’initiative du nouveau président de la République, un étrange élément visuel n’a pas retenu l’attention des journalistes dits professionnels.

     

     

    Sous le visage de Marianne figure curieusement une étoile à 5 branches dans laquelle un regard sombre est visible.

    Il s’agit là d’un motif conçu en 1998 par l’artiste, dénommé « Obey Giant » et inspiré du film de science-fiction Invasion Los Angeles de John Carpenter.

    Dans une interview, Shepard Fairey avait expliqué avoir imaginé et diffusé régulièrement ce motif « orwellien » en référence à ce film allégorique consacré à la manipulation des esprits par des extra-terrestres déguisés en êtres humains et désireux d’asservir – notamment par le contrôle de la classe politique, des médias et de la police – la population mondiale.

    Message à l’attention de certains commentateurs myopes expéditifs, des lecteurs pressés qui ne consultent pas les sources et des trolls désinformateurs : l’image de gauche ne constitue pas un « zoom » du tableau mais le dessin original de l’artiste. L’oeuvre affichée à l’Élysée est une reproduction (légèrement remaniée) de l’image originelle qui comporte également l’étoile décryptée ici.

     

     

    Avant d’aller plus loin dans le décryptage de ce symbole et de son origine, un détour s’impose…en Californie.

    Souvenez-vous : en février 2016, Panamza soulignait que Jesse Hugues, chanteur présent au coeur des attentats de Paris, vénérait un personnage singulier du paysage religieux américain. Extraits :

    Le sionisme radical de Jesse Hughes s’accompagne d’un penchant pour le satanisme. Cette orientation spirituelle est généralement édulcorée par la presse française qui préfère confortablement y voir une simple posture ironique ou esthétique de la part d’un homme qui s’affiche également comme une sorte de prêtre catholique à temps partiel.

    En avril 2015, le chanteur avait incidemment confessé auprès d’une web-tv commerciale (à 5’15) l’identité de son modèle : "Je veux être un véritable magicien. Pas comme un putain de hippie mais comme Anton LaVey dans sa forme éthérique".

    source https://www.egaliteetreconciliation.fr/Macron-invite-Satan-a-l-Elysee-48129.html

     

    Continuer
  • Un togolais disparaît mystiquement pendant sa garde à vue

    Les policiers de l’unité contre le crime organisé (UCO) de Malaga au sud de l’Espagne, se demandent encore comment leur détenu a pu s’échapper de leur fourgon sécurisé. Originaire du Togo, le détenu était conduit vers la prison de la ville , après que le juge ait décrété la prison provisoire. Ces amis y voient de la sorcellerie africaine, du vaudou.

    Thomas Agbessi, un Togolais vivant à Malaga avait été interpellé lors d’une grande opération contre le crime organisé dans le sud de l’Espagne. Il faisait partie d’une bande d’Africains spécialisés dans l’arnaque à la carte bancaire. La police soupçonne que cette bande a pu arnaquer plus d’un million d’euros.


    Des 22 personnes interpellées, Thomas Agbessi était l’unique Togolais parmi les 18 Nigérians, et 3 Ivoiriens. Présentés devant le juge, ils ont tous été envoyés en prison en attendant le procès. C’est pendant le transfert que le Togolais s’est volatilisé dans la nature mystiquement.

    En arrivant à la prison de Malaga, les policiers chargés d’escorter la fourgon ont remarqué qu’un détenu manquait à l’appel. Interrogé, l’Ivoirien qui l’accompagnait a expliqué que son complice avait décidé de s’échapper mystiquement, une version que les policiers mettent en doute, vu sa complexité.


    Selon le récit de l’Ivoirien, Thomas Agbessi aurait invoqué ses ancêtres après avoir enlevé tous ses habits. Quelques secondes plus tard, il aurait disparu. Les policiers ont emmenés ses habits dans un laboratoires pour être analysés. C’est à l’aéroport de Madrid que le Togolais a été de nouveau interpellé alors qu’il tentait de quitter le pays.

    SOURCE http://www.rumeursdabidjan.net/insolites/faits-divers/item/14193-espagne-un-togolais-disparait-mystiquement-pendant-sa-garde-a-vue

    Continuer
  • Alexandre Benalla reçoit des paiements au Maroc

    L’ancien conseiller du président français Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, aurait reçu 353 000 euros via Instra Conseil qui, selon Le Monde, serait une société basée à Marrakech qui lui appartiendrait. Il serait même revenu au Maroc pour percevoir le reste.

     

    Selon LeMonde.fr, le 2 décembre dernier : « France Close Protection conclut un autre contrat de protection avec l’oligarque russe Farkhad Akhmedov, pour un montant de 980 000 euros. Une partie des recettes de ce nouveau contrat sont transférés à Alexandre Benalla, par l’intermédiaire de sa société marocaine Instra Conseil. »

    L’ancien « Monsieur sécurité » d’Emmanuel Macron, fait l’objet d’une enquête complexe ayant révélé des centaines de données. Une enquête qui parle même d’espionnage et de révélation de secrets d’Etat pour le compte du gouvernement russe, à en croire ses relations avec des oligarques russes (Iskander Makhmudov et Farkhad Akhmedov) alors même qu’il était en fonction à l’Elysée et habilité au secret-défense, et à en croire les sommes importantes qu’il aurait reçues. Ces derniers milliardaires seraient proches du Kremlin selon les médias français.

    Alexandre Benalla serait d’ailleurs actuellement au Maroc pour recevoir le reste de son paiement, à savoir 630 000 euros. Une photo le dévoile au Lotus Club, un cabaret de Marrakech.

    Rappelons que Benalla est poursuivi pour « violences sur des manifestants », concernant précisément l’affaire de la Contrescarpe le 1er mai 2018. En Janvier, il a également été mis en examen dans l’affaire de passeports diplomatiques qu’il n’aurait pas rendus et qu’il a utilisés plusieurs fois pour des voyages postérieurs à son licenciement de l’Elysée.

     

    Continuer

Nouveaux Articles

Populaires