Bienvenus
Connexion / S'enregistrer

New des Sites intéressants


  • Bénin Le roi Agoli-Agbo d’Abomey décèdé

    Décès du roi Agoli-Agbo d’Abomey au Bénin

    Le roi d’Abomey Agoli-Agbo est mort lundi matin 2 juillet après 8 ans sur le trône. Abomey est la ville où le célèbre roi Béhanzin a régné et combattu les Français au XVIIIe siècle. Le roi décédé était l’une des têtes couronnées les plus respectées du pays.

    Il avait 87 ans. Rien sur les circonstances de sa mort, c’est comme ça dans la tradition. Ce genre de nouvelle est entourée de sacré. En langage d’initié, on dit que la nuit est tombée sur le royaume.

    Il est devenu roi d’Abomey en 2010. Auparavant il était policier. Le souverain portait un cache-poussière en métal sur le nez, se déplaçait dans un hamac avec porteurs pour les cérémonies. Il avait une cour, un Premier ministre.

    Il régnait sur Abomey, la cité du roi Béhanzin, grande figure de la résistance africaine à l’impérialisme européen. Mais les temps ont changé, nous sommes dans une République, le roi détient uniquement le pouvoir religieux.

    Tous les dignitaires vaudou lui font allégeance. Les politiques le considèrent comme un très grand électeur et viennent le voir à chaque veille de scrutin. Patrice Talon et l’ancien président Boni Yayi lui ont rendu visite récemment encore.

    Selon nos informations, le roi est déjà inhumé, sa dépouille ne doit pas traîner. Dans la tradition encore, à l’annonce du décès, les femmes ne doivent porter ni collier ni boucle d’oreille, quant aux hommes, en principe, ils ne doivent pas se peigner, et ce jusqu’aux funérailles.

    Depuis ce lundi, les hommages se multiplient. Les personnalités politiques saluent le sens des responsabilités du roi. Les têtes couronnées, comme on les appelle au Bénin, ne dirigent plus de royaume mais elles gardent un rôle important. Elles aident les autorités à résoudre des crises et sont très courtisées à l’approche des élections. Elles sont respectées par les Béninois. La preuve, sur les réseaux sociaux où s’est propagée la nouvelle, personne n’a dit « le roi est mort », c’est interdit. La nuit est tombée à Danhomé.

    Source http://www.rfi.fr/afrique/20180702-benin-deces-roi-agoli-agbo-abomey

    Continuer »
  • Haïti vaudous

    Haïti - Religion : Le vaudou ne serait plus protégé par la Constitution amendée

    Haïti - Religion : Le vaudou ne serait plus protégé par la Constitution amendée

     

    La Prêtresse Euvonie Auguste, Responsable de la Confédération Nationale des Vodouisants d'Haïti, déplore l’abrogation de l’article 297 de la Constitution qui, selon-elle, protégeait le secteur vaudou contre toute forme de discrimination. Rappelons que l’article 297 abrogeait entre autre le Décret-Loi du 5 septembre 1935 sur les croyances superstitieuses qui restreignait arbitrairement les droits et libertés fondamentaux des citoyens.

    Devant cette nouvelle situation constitutionnelle, la prêtresse Euvonie Auguste, a fait savoir que désormais, les vaudouisants vont devoir utiliser leurs propres moyens, afin de se protéger de toute attaque à leur encontre.

    Constitution 1987 (avant amendement)
    Article 297 :
    Toutes les Lois, tous les Décrets-Lois, tous les Décrets restreignant arbitrairement les droits et libertés fondamentaux des citoyens notamment:
    a) Le Décret-Loi du 5 septembre 1935 sur les croyances superstitieuses ;
    b) La Loi du 2 Août 1977 instituant le Tribunal de la Sureté de l'État ;
    c) La Loi du 28 juillet 1975 soumettant les terres de la vallée de l'Artibonite à un statut d'exception ;
    d) La Loi du 29 Avril 1969 condamnant toute doctrine d'importation ;
    Sont et demeurent abrogés.


    Constitution 1987 amendée :
    L'article 297 de la Constitution de 1987 est abrogé.

    Décret-Loi du 5 Septembre 1935 sur les pratiques superstitieuses :
    Art. 1er.- Sont considérées comme pratiques superstitieuses :

    1) les cérémonies, rites, danses et réunions au cours desquels se pratiquent, en offrande à des prétendues divinités, des sacrifices de bétail ou de volaille. 2) le fait d'exploiter le public en faisant accroire que, par des moyens occultes, il est possible d'arriver soit à changer la situation de fortune d'un individu, soit à le guérir d'un mal quelconque, par des procédés ignorés par la science médicale; 3) le fait d'avoir en sa demeure des objets cabalistiques servant à exploiter la crédulité ou la naïveté du public.

    Art. 2.- Tout individu convaincu des dites pratiques superstitieuses sera condamné à un emprisonnement de six mois et à une amende de quatre cents gourdes, le tout à prononcer par le tribunal de simple police.

    Art. 3.- Dans les cas ci-dessus prévus, le jugement rendu sera exécutoire, nonobstant appel ou pourvoi en cassation.

    Art. 4.- Les objets ayant servi à la perpétration de l'infraction prévue en l'article 3 seront confisqués.

    Art. 5.- Le présent Décret abroge toutes lois ou dispositions de lois qui lui sont contraires, et sera exécuté à la diligence du Secrétaire d'État de la Justice.

    source http://www.haitilibre.com/article-6133-haiti-religion-le-vaudou-ne-serait-plus-protege-par-la-constitution-amendee.html

     

    'Zombification

    Le vaudou transporte avec lui son lot de clichés, comme les poupées plantées d’aiguilles. Mais certains phénomènes comme celui de la "zombification" préoccupent les hommes politiques. Comment légiférer sur les crimes liés à cette religion?

    La zombification aurait une explication cartésienne: les "houngan", prêtres vaudou haïtiens, administreraient à la victime une poudre provoquant les mêmes symptômes que la mort clinique. Après avoir déterré le prétendu défunt avec la complicité du croque-mort, le commanditaire profiterait de l'affaiblissement de sa victime, dans un état semi-conscient, pour l’exploiter.

    La zombification "est le fait d’être constaté décédé, inhumé au vu et au su de tous et d’être 'ressuscité'", résume Jean-Marie Junior Salomon, vice-président du Sénat haïtien. "Ce qui est spécial, c’est que la personne 'revenue' (à la vie) travaille ensuite comme esclave".

    Dans les couches populaires et les zones reculées de Haïti où l’on ne fait pas confiance à la justice rendue dans les villages c’est une manière de régler ses comptes avec ses ennemis.

    Au Bénin, le même procédé existe mais pour un usage très différent.

    "Il est utilisé par certains initiés dans le secret des temples pour renforcer leur puissance mais ils gardent un antidote à portée de main", explique le professeur Honorat Aguessy, sociologue béninois. Au Bénin, "le vaudou veut le bien", assure-t-il.

    Dans les faits, certains font quand même appel à des féticheurs par exemple pour éliminer un rival. Mais cela reste caché et, faute de preuve, le Bénin n’a pas légiféré sur ces pratiques occultes.

    source https://www.la-croix.com/Monde/Haiti-veut-apprendre-Benin-punir-crimes-vaudous-2017-10-09-1300882851

     

    Continuer »
  • Destructions considérables, comme ciblées sur les habitations et la végétation

    Des trombes marines à Lifou pendant le cyclone

    A  Lifou, le passage de Donna  a engendré des phénomènes climatiques extraordinaires.
    Des phénomènes tourbillonnaires très violents ayant provoqué des destructions considérables, comme ciblées sur les habitations et la végétation.

    L’ile des Loyauté se souviendra longtemps du passage de Donna. Le cyclone a été accompagné de phénomènes de trombes. Explications.

    C'est ce type de trombe qui a du se former à Lifou lors du passage du cyclone Donna. © Lintern@ute
    A  Lifou, le passage de Donna  a engendré des phénomènes climatiques extraordinaires.
    Des phénomènes tourbillonnaires très violents ayant provoqué des destructions considérables, comme ciblées sur les habitations et la végétation.
    Ils se sont notamment produits dans la tribu de Xodrë et celle de Wassanyi.
    Pour la population de l'île c'est "du jamais vécu" au passage d'un cyclone
     
     
    Le reportage de Sylvie Hmeun
     
     
     
    Continuer »
  • Ma LETTRE. Ce sont les paroles qui m’ont été données par le Père

    MES LETTRES ont été données au monde pour donner aux gens la connaissance que l'on m'a donnée pendant mes six semaines de conscience éclairée dans le désert, avant que je ne commence à guérir et à enseigner. Elles révèlent aussi clairement que possible, dans votre langue, la vraie nature de Votre Source d'Être. Elles montrent aux gens comment vivre des vies enrichies d'amour dans n'importe quelle circonstance et comment créer des relations et des événements heureux. Je révèle que notre Source, bien qu'universelle, nous est aussi personnelle. J'ai vraiment dit, quand j'étais sur terre : ' le Père connaît vos besoins. Demandez et l'on vous donnera '.
    Pour vous aider à franchir la première étape sur la    VOIE CHRISTIQUE   , je demande à tous ceux qui se sentent appelés à prendre part à cette création de renouvellement de l’esprit et d'une civilisation spiritualisée, de lire le passage ci-dessous, tiré de ma LETTRE 1. Ce sont les paroles qui m’ont été données par le Père lorsque je reçus l’illumination dans le désert.

    C’est la description des pouvoirs créatifs de l’homme qu’il utilise quotidiennement pour son bien ou pour son malheur. Je vous prie de lire et de mémoriser ces paroles si vous le pouvez, car je DESIRE ARDEMMENT et UNIVERSELLEMENT que vous abandonniez l’illogisme de la Doctrine Chrétienne pour accéder au Bon Sens et à la Joie Spirituels.
    Vous ne pouvez seulement espérer réaliser cela qu'en comprenant parfaitement l'énorme pouvoir créatif que vous possédez potentiellement en esprit pour vous façonner une belle vie. Vous pouvez devenir des unités de l'énergie rayonnante qui vous englobe progressivement pendant le temps que vous consacrez à la prière et à la méditation ».

    Dieu a expliqué:

    Tous les problèmes d’une existence difficile résident dans le processus de pensée de l’homme lui-même !

    Ce n’est seulement que l’« état de conscience » des gens – c’est à dire leurs pensées, paroles, sentiments et actions - qui a créé une barrière dense entre leur conscience et la Conscience Universelle Créatrice interpénétrant l’univers en chaque feuille, arbre, insecte, oiseau, animal et être humain.

    Il me fut aussi montré les LOIS DE L’EXISTENCE gouvernant l’aptitude humaine à créer de nouvelles circonstances et un nouvel environnement, des relations, la réussite ou l’échec, la prospérité ou la pauvreté.

    Ce que l’homme CROIT profondément être, bon ou mauvais, il le deviendra.

    Ce que l’homme CRAINT que d’autres ne lui fassent, ainsi lui feront-ils.

    Ce que l’homme ESPERE que d’autres lui feront, il doit d’abord le leur faire, puisqu’il crée alors un « modèle de conscience » qui reviendra le favoriser dans la mesure où il aura favorisé les autres.

    Quelque maladie que l’homme APPREHENDE, il en sera la victime car il aura créé un « modèle de conscience » de la dernière chose qu’il souhaite vivre.

    Tout ce qui émane du coeur et de l’esprit de l’homme lui revient en son temps sous une forme ou une autre, mais n’oubliez pas que toute chose engendre toujours son pareil ! Des pensées fortement empreintes d’émotion chez un homme sont des « semences de conscience » plantées dans son champ de conscience. Elles croîtront, produisant une moisson identique à ce qu’il aura semé.

    Ce sont les fruits du libre arbitre.

     

    SOURCE: http://www.lettresdebatere.fr/index.php/ecrits/connaissances-paralleles/177-le-chef-de-la-voie-christique-nous-parle-1

     

    Continuer »
  • La foudre tue un petit garçon

    Un père de famille tué par la foudre au domicile de son hôte

    Mais la foudre déchaînée, ne s'arrête pas là. Elle va plutôt s’illustrer de façon bizarre, avec la même verve. En effet, comme téléguidée, la foudre en question se rue sur la maison d'un jeune planteur répondant aux initiales F.D.R. et s'y abat en plein salon. Elle frappe notamment dame K.R., une femme au foyer d'une trentaine d'années. C'est la concubine de F.D.R. Sur cette pauvre femme, la foudre va se conduire de façon particulièrement curieuse. En effet, elle frappe et brûle la dame à la poitrine. Puis, elle descend carrément dans les parties intimes de la pauvre femme, après lui avoir également « braisé » le slip.

    Une situation tragique, actuellement sujette à nombre de commentaires divers, s'est produite à Kéibly, gros village de 17 mille âmes, situé dans la sous-préfecture de Zagnié, dans le département de Taï. Il s'agit d'une foudre qui y a fait parler d'elle, en causant malheur et désarroi.

     

    En effet, à en croire des sources sur place, le jeudi dernier 7 septembre 2017, les populations locales vaquent tranquillement à leurs occupations. Mais aux alentours de 15h, cette ambiance connue du quotidien de ces villageois va s'estomper net. C'est qu'une forte pluie s'abat soudainement. Elle est accompagnée d'un vent violent. Et si les adultes s’abritent, pour éviter d'être mouillés au risque de s'exposer à un coup de froid, pouvant entraîner maladie, ce n'est pas le cas de nombre de gosses. Pour ces derniers, les trombes qui s'abattent, c'est du pain béni pour s'adonner à des jeux. Ainsi, sous la pluie, ils se mettent à jouer. Rigolant et courant dans tous les sens.

    Hélas, malheur va arriver, avec l'entrée en scène d'un autre phénomène naturel. Et celui-là, dangereux. Très dangereux même. Il s'agit de la foudre. En effet, à la suite d'un éclair qui déchire le ciel de Kéibly, la foudre, de façon puissante, vient s'abattre sur la bourgade. Exactement même, à l'endroit où jouent les gosses. Et deux d'entre ces malheureux mômes, que sont D.D.P. et P.J-L., tous deux âgés de 10 ans, sont violemment foudroyés. Projetés comme de vulgaires objets contre le sol, ils demeurent inertes.

    A relire: Un père de famille tué par la foudre au domicile de son hôte

    Mais la foudre déchaînée, ne s'arrête pas là. Elle va plutôt s’illustrer de façon bizarre, avec la même verve. En effet, comme téléguidée, la foudre en question se rue sur la maison d'un jeune planteur répondant aux initiales F.D.R. et s'y abat en plein salon. Elle frappe notamment dame K.R., une femme au foyer d'une trentaine d'années. C'est la concubine de F.D.R. Sur cette pauvre femme, la foudre va se conduire de façon particulièrement curieuse. En effet, elle frappe et brûle la dame à la poitrine. Puis, elle descend carrément dans les parties intimes de la pauvre femme, après lui avoir également « braisé » le slip.

    Pendant que l'infortunée dame, balancée au sol, souffre, avec la poitrine et ses parties intimes en feu, la même foudre, toujours dans la même demeure, se tourne cette fois vers dame O.B. Mais cette autre pauvre femme, cousine du maître des lieux, est beaucoup plus chanceuse. Elle est certes grièvement brûlée, mais c'est seulement à la cuisse.

    Peu de temps après, alors que c'est un peu la débandade dans le village, les quatre victimes sont évacuées au centre de santé rural du village. Hélas, en ces lieux, le décès du petit D.D.P., que l’on croyait simplement dans le coma, est attesté par l'infirmier-major, répondant aux initiales E.Y.P. et son adjoint, A.N'. P.J-L., l'autre garçonnet, plus veinard, retrouve plus tard ses esprits, après que lui aussi est passé par un état d'inconscience, à la suite du choc de la foudre.

    A lire aussi: Abobo/ La foudre fait calciner plusieurs maisons

    Si la situation des deux petits garçons ne fait vraiment pas objet de commentaires à n'en plus finir, ce qu'il s'est produit au domicile de F.D. Romaric, par contre, suscite nombre d'interprétations. Ce que l'on entend le plus ici, c'est que cette foudre ne s'est pas abattue de façon simple. Elle épouse les caractéristiques des mystères dignes de l'Afrique. En clair, cette foudre a été « lancée » par des mains voulant se venger. Mais qu'est-ce que F.D.R. a-t-il bien pu poser comme acte négatif, pour que l'on veuille se venger de lui, en s’attaquant à ses intérêts ?

    A ce niveau, des langues accusent le jeune planteur, d'actes peu recommandables. Notamment, à ce que l'on appelle dans le jargon ivoirien, se livrer à des « tapé dos », dans le village. Est-ce vrai, ou tout simplement une volonté de le salir ? La question reste posée.

    Au demeurant, il nous revient que la maison qu'occupe F.D.R. est celle de son cousin. Ce dernier s'est suicidé, pour une crise de jalousie. Il accusait sa femme de le rabaisser à la posture indigne de mari cocu, avec des relations sexuelles qu'elle entretiendrait avec un allochtone. Chose pourtant, que contestait sa dulcinée. Et plus tard, la pauvre femme en question, sœur aînée de F.D.R., avec qui elle a la même mère, va elle aussi décéder. Toute cette situation alambiquée, ajoutée à la foudre aux frappes curieuses, laisse donc libre cours, à toutes sortes de commentaires dans le village de Kéibly.

    source http://www.linfodrome.com/faits-et-mefaits/34024-kani-la-foudre-descend-sur-un-village-et-tue-tous-les-membres-d-une-famille

     

     

    Continuer »
RSS