Bienvenus
Connexion / S'enregistrer

Nouveaux Articles


  • Cameroun Vente de la chair humaine

    Au Cameroun, deux femmes de Satan arrêtées pour avoir décapité un enfant de 6 ans et vendu ses parties à un restaurateur

    Un remue-ménage a secoué lundi Éleveur, un quartier de Yaoundé la capitale politique du Cameroun.  Pour cause, la police a mis la main sur les présumés assassins de l’enfant dont le la tête a été retrouvée dans un bac à ordure le 27 août 2018.

    L’alerte a été donnée aux environs de 7h du matin par un éleveur de porcs qui cherchait de la nourriture pour ses animaux.

    La population dudit quartier était dans l’émoi à la suite de cette découverte macabre.

    Le sous-préfet, le préfet et les forces de maintien de l’ordre ont été alertés et sont descendus sur les lieux, accompagnés d’un médecin légiste. Le constat a été fait sous le regard interrogateur des populations. 

    Selon les premières informations notre possession, c’est la mère biologique d’une petite fille de 6 ans qui aurait assassiné son fils et jeté sa tête dans le bac à ordure.

    « Dans la nuit du 27, après avoir drogué son fils la maman qui travaille dans le restaurant où on a découvert le corps lui a coupé la tête avec ses complices. Après son forfait elle a traversé la route et jeté la tête de sa fille dans le bac à ordure », raconte un riverain.

    Vente de la chair humaine

    Selon des témoignages, la présumée assassin aurait tué son enfant, le décapité avant de vendre des parties de son corps à un restaurateur qui vendrait de la chair humaine.

    « Dans la nuit d’hier (lundi, ndlr) le reste du corps a été retrouve dans un restaurant d’Eru à 100 mètres de la Tradex Éleveur par un des voisins », témoigne un habitant du quartier.

    L’enfant a été décapité et l’on a retrouvé les autres parties de son corps, calcinées, derrière ledit restaurant.

    « Les jeunes du quartier sont allez prendre le propriétaire du restaurant et se sont mis à le tabasser puis la police est venue le sauver de la vindicte populaire », souligne un témoin de la scène.

    Selon le restaurateur, la maman de garçon, qui était son employé, « voulait de l’argent pour partir en Europe ». Son patron lui a dit qu’il pouvait l’aider à condition qu’elle lui apporte de la chair humaine.

    Une information que la présumée assassin nie en bloc, accusant sa sœur d’une l’instigatrice de cette acte adieux.

    Pour l’heure, la mère de la victime et sa sœur sont actuellement dans une brigade avec leur « complice », un Nigérian propriétaire du restaurant.

    https://www.laminute.info/au-cameroun-deux-femmes-arretees-pour-avoir-decapite-un-enfant-de-6-ans-et-vendu-ses-parties-a-un-restaurateur/

     

    Continuer »
  • tue Mange la Tete de sa Victime

    Un artiste tue et mange la tete de sa victime

    La scène hors du commun s’est déroulée le dimanche 03 juin à Bamessingue Ville dans l'arrondissement de Mbouda dans les Bamboutos région de l'ouest Cameroun, a appris Lebledparle.com.

    Selon le journaliste Julio Trésor Tanon, reporter à Canal 2 international, qui rapporte les faits, l’auteur du crime est un jeune homme d’environ 25 ans, ancien étudiant à l'institut des arts de Foumban.

    Tout part du Jeudi  31 mai, alors que le jeune homme est chez un guérisseur de la ville. Il est en ce moment,  dans un état délirant, et pour le maîtriser le "docteur des fous" l'enchaînait (pieds et mains). « L’étudiant était privé de nourriture s'il ne se confesse pas ».

    Par surprise, le jeune homme va réussir à se libérer des chaînes. « Il escalade la clôture et se lance à la recherche du gibier pour "un sacrifice" » explique Julio Trésor Tanon. « J'ai d'abord arrêté un porc pour tuer. Les esprits ont refusé. J'ai aussi arrêté un chat et ils ont toujours refusé. Il fallait absolument un humain. Et je suis resté dans les maïs question de traquer le nouveau venu. »  Raconte l’assassin.

    « C'est ainsi que l'un des malades du centre, le nommé Jordan, 17 ans et originaire de Batcham , va être pris par surprise par son prédateur. Le tueur âgé de 21 ans au nom de Franky va à l'aide d'un couteau le poignarder au niveau de la tête. Mangé son nez ses yeux et sa langue avant de faire les selles sur le corps de sa victime. Il va rester devant la dépouille en criant victoire. Les deux familles dans un état inconsolable n'en reviennent pas.» poursuit Julio Tresor Tanon dans son récit

    Franky séjourne en ce moment à la compagnie de gendarmerie de Mbouda, apprend-on.

    https://www.lebledparle.com/bled/1104634-insolite-un-artiste-tue-et-mange-la-tete-de-sa-victime-a-mbouda

     

    Cameroun – Mbouda: Un artiste tue et mange la tête de sa victime

    Read more https://www.actu-plus.cm/2018/06/cameroun-mbouda-un-artiste-tue-et-mange-la-tete-de-sa-victime/
    Continuer »
  • Demon camerounaise NGO BAYA, veux s'installer en Europe

    Le démon NGO BAYA Jeanne,  a décapité son enfant?

     

    Elle s'appelle NGO BAYA Jeanne, âgée environ d'une quarantaine, travaillant dans un restaurant très célèbre dans la vente de Eru (met traditionnel camerounais de la Région du Nord-ouest) situé à 100 mètres de la station Tradex Éleveur.  Selon une source policière, elle aurait manifesté son besoin vis à vis de son patron d'origine nigériane -le propriétaire du restaurant- d'aller s'installer en Europe et il lui a dit qu'il pouvait l'aider à condition qu'elle lui apporte de la chair humaine.

    C'est ainsi que pour satisfaire sa sale besogne elle a sacrifié sa fillette âgée de 8 ans. Lundi soir la tête de la jeune fille gisait dans un bac à ordure non loin du domicile de NGO BAYA Jeanne et ce jour le reste du corps a été retrouvé dans le congélateur du restaurant cité plus haut.

    SOURCE https://www.camerounweb.com/CameroonHomePage/NewsArchive/Qui-est-NGO-BAYA-Jeanne-la-dame-qui-a-d-capit-son-enfant-445869

     

    Continuer »
  • Cachalots morts plein de plastique et de pièces automobiles

    Deux cachalots trouvés morts en Allemagne, le ventre plein de plastique et de pièces automobiles

    cachalots

    Les décès de baleines sont le symbole du mépris choquant de l’humanité pour la vie marine.


    En Janvier, 29 cachalots ont été retrouvés échoués sur les côtes autour de la mer du Nord, une région qui est trop peu profonde pour la faune marine. Récemment les détails de l’autopsie des animaux vient de tomber. Les scientifiques ont été profondément perturbés par ce qu’ils ont trouvé dans l’estomac des animaux.

    Selon un communiqué de presse du parc national de la mer des Wadden du Schleswig-Holstein, un grand nombre des baleines avaient le ventre plein de débris de plastique, y compris un filet de pêche de 13 mètres de long, un morceau de 70 cm de plastique provenant d’une voiture et d’autres morceaux de plastique.

    Certains suggèrent que les animaux pensaient que les plastiques étaient de la nourriture comme le calmar qui est leur principal aliment de base. D’autres cependant croient que la catastrophe est en grande partie le résultat de la négligence choquante de l’humanité pour la vie marine, ce qui a entraîné une surabondance de plastique dans les océans.

    Robert Habeck ministre de l’Environnement de l’État de Schleswig-Holstein dit:

    « Ces résultats nous montrent les conséquences de notre société axée sur plastique. Les animaux consomment par inadvertance des déchets plastique ce qui les amène à souffrir voire pire, les fait mourir de faim avec l’estomac plein ».

    Nicola Hodgkins de Whale and Dolphin Conservation (Conservation des Dauphins et Baleines) a eu écho de cette déclaration et elle a déclaré:

    « Bien que les gros morceaux de plastiques posent des problèmes évidents, nous ne devrions pas rejeter les petits morceaux qui pourraient causer un problème plus chronique pour toutes les espèces de cétacés ».

    Ce n’est pas la première fois qu’un cachalot est retrouvé mort avec les tripes pleines de matières non comestibles. En 2011 une jeune baleine a été retrouvée flottant morte au large de l’île grecque de Mykonos. Son estomac était si distendu que les biologistes pensaient que l’animal avait avalé un calmar géant. Toutefois lorsque ses quatre estomacs ont été disséqués près de 100 sacs plastiques et d’autres débris ont été trouvés.


    Il convient de noter que le plastique n’est pas ce qui a tué le jeune cachalot mâle. Selon National Geographic, les cachalots sont morts d’insuffisance cardiaque. Ils avaient mis le cap par erreur en direction de la mer du Nord probablement à la recherche de calamars et n’ont pas été en mesure de soutenir leur propre poids corporels dans l’eau peu profonde. En conséquence leurs organes internes se sont effondrés.

    Quoi qu’il en soit, le fait qu’un bon nombre de leurs estomacs étaient plein de pollution est une lourde accusation jetée sur l’homme. Comme cela a été rapporté dans le passé 80% de la matière plastique qui est jetée sur la terre finit dans les océans, où il est consommé par les animaux sauvages ou tourbillonne pendant des années. Le fait que l’humanité qui est une espèce avec un cerveau plus petit qu’une baleine soit responsable d’une telle catastrophe est ironique et infiniment triste.

    SOURCE http://rustyjames.canalblog.com/archives/2016/06/16/33971014.html

    Continuer »
  • Décès d’un détenu tabassé aux Baumettes

    En un peu plus d'un mois, six détenus ont trouvé la mort. Quatre se sont suicidés, un a été tabassé et le dernier a été retrouvé inanimé dans sa cellule.

    Ses agresseurs se seraient acharnés sur cet homme d’une trentaine d’années en lui assénant des coups de pieds dans la tête puis en lui sautant à pieds joints sur le thorax.

    Un détenu des Baumettes est mort des suites de ses blessures mercredi, après avoir été tabassé mi-décembre par d’autres prisonniers puis avoir passé un mois et demi dans le coma, a-t-on appris de source proche du dossier.

    L’un des cinq agresseurs a été mis en examen jeudi, pour « meurtre », a précisé le procureur de Marseille, Xavier Tarabeux. Pour les quatre autres, l’information judiciaire ouverte le 3 janvier se poursuit.

    Ce « moulonnage » ou tabassage en règle avait été dénoncé en janvier par une association, Confluences, qui avait publié un rapport à partir de témoignages sur les conditions de détention au centre pénitentiaire des Baumettes.

    Ramses Aly Elsayed, ressortissant égyptien, aurait été tabassé à la mi-décembre, « autour du 14 », par cinq codétenus, dans une cour de promenade du nouveau bâtiment des Baumettes, inauguré l’an dernier, selon les éléments rassemblés par Confluences.Ses agresseurs se seraient acharnés sur cet homme d’une trentaine d’années en lui assénant des coups de pieds dans la tête puis en lui sautant à pieds joints sur le thorax. Les surveillants auraient mis plus de 20 minutes à venir pour emmener la victime, selon l’association, qui explique avoir pu consulter une vidéo.

    L’homme avait ensuite été transféré à l’Unité hospitalière sécurisée inter-régionale (UHSI), au sein de l’hôpital Nord de Marseille, où il est officiellement décédé mercredi.

    L’administration pénitentiaire a refusé de commenter les faits, une enquête étant ouverte.

    https://www.ouest-france.fr/societe/prison/marseille-deces-d-un-detenu-tabasse-aux-baumettes-5553594

     

     
     
    Continuer »
RSS